X
Samedi 5 décembre
PPA Business School vous invite à ses Portes Ouvertes Digitales
Je m'inscris
Restons en contact
PPA Business School répond à toutes vos questions
Être recontacté

Interview de Madame Salah-Eddine suite à la conférence « The Body Shop » du 26 avril

Actualité publiée le 11 mai 2012

Après HEC, Dauphine et L’ESCP c’est au Pôle Paris Alternance que Madame Salah-Eddine, est venue présenter le jeudi 26 Avril 2012 la stratégie commerciale de The Body Shop.
La valeur d’une marque se mesure à la qualité de ses produits, mais aussi à ses engagements.
C’est pourquoi il est primordial pour une marque éthique comme « The Body Shop », membre du groupe L’Oréal, de développer une stratégie de communication et une politique commerciale adaptées qui révèlent les valeurs fondatrices de la marque « contre les tests sur les animaux », « soutenons le commerce équitable », « encourageons l’estime de soi ».

Pouvez-vous vous présenter ?

« Je m’appelle Houda Salah-Eddine, j’ai 32 ans. Aujourd’hui je suis district sales manager de The Body Shop depuis un an. Pour devenir manager j’ai passé un Bac STT. Puis j’ai continué par un BTS commerce international et j’ai choisi l’université Miami of Florida pour réaliser un stage de six mois où j’ai développé l’anglais; enfin, j’ai intégré le pôle Leonard De Vinci, (L’Ecole de Management Leonard de Vinci) pour valider un BAC+5.
Ce qui m’a permis d’acquérir des postes où la relation client s’effectuait en anglais. Je suis amenée aujourd’hui à me déplacer en France et à l’étranger afin de développer de nouveaux partenariats et d’explorer les futurs marchés.

Diplômée à 22 ans, j’ai directement intégré mon premier poste de manager. J’ai commencé à travailler en temps que Beauty Consultant chez Sephora, puis Estée Lauder. Une fois les expériences acquises et les preuves faites, j’ai tout de suite eu plus de responsabilités. J’ai travaillé en temps que Sales stores manager chez Molton Brown. La responsable des ressources humaines de The Body Shop avait consulté mon profil Linkedin. Lorsqu’elle m’a contacté à l’époque j’avais déjà 9 ans d’expérience dans la cosmétique et plus précisément  dans le retail c’est-à-dire la distribution commerciale.
J’ai répondu que je n’étais pas en recherche d’emploi. J’avais créé mon profil Linkedin pour me faire un carnet d’adresses et non pour trouver du boulot. Après réflexion et lorsque j’ai vu le projet et le nouveau concept de The Body Shop, j’ai sauté sur l’opportunité »

J’encourage activement les étudiants en recherche de stage et d’emploi à se créer des profils sur les réseaux sociaux tels que Linkedin et Viadeo. Je recommande de faire attention aux publications sur Facebook puisque lors du processus de recrutement, les entreprises « googlelisent » et vérifient les informations publiées sur la toile puisque les employeurs le font réellement et de plus en plus ».

 

The Body Shop fait partie du groupe L’Oréal, comment arrivez-vous à garder votre propre identité ?

«Forte d’un réseau de plus de 2300 boutiques dans 62 pays dont 50 boutiques en France, notre société d’origine Britannique est rattachée au Groupe L’Oréal. La particularité de The Body Shop est sa spécialisation dans la vente de produits cosmétiques réalisés à partir d’ingrédients naturels.
La particularité de The Body Shop est sa spécialisation dans la vente de produits cosmétiques réalisés à partir d’ingrédients naturels.
L’intérêt de faire partie d’un grand groupe comme L’Oréal, c’est que notre marque bénéficie d’une plus grande notoriété. Cependant la grande différence avec
L’Oréal c’est que vous ne verrez pas une personnalité connue comme égérie. Une « Eva Longoria » par exemple n’aurait pas du tout sa place dans les publicités The Body Shop. Nous prônons le naturel, les femmes qui sont sur les publicités sont comme vous et moi, prises au naturel le temps d’un shooting.
L’Oréal finance les campagnes mais c’est à la maison mère que sont prises les décisions ».

 

Compte tenu de son positionnement, The Body Shop possède-t-il des critères de recrutement différents des autres entreprises ?

       « The Body Shop est une marque de middle class, elle est en France le leader devant Yves           Rocher, Lush ou L’Occitane de par son ancienneté.
Différenciant, je ne dirais pas les choses comme ça, mais nous avons notre propre mode de fonctionnement : nos conseillères sont formées sur place par les différents managers et moi-même. Elles réalisent en général des périodes de stages à temps plein pendant leurs études et puis nous les embauchons par la suite, ainsi elles connaissent bien tous les produits.
The Body Shop recherche des personnes ayant une très bonne communication et présentation, avec un réel esprit d’initiative et d’équipe, des personnes passionnées par l’univers de la beauté et motivée par une vraie expérience commerciale. »

 

Sur quel aspect commercial insiste la formation de vos vendeuses ?

« En plus de l’aspect cosmétique, nos conseillères de vente reçoivent une formation purement commerciale. The Body Shop n’est pas un magasin de libre-service alimentaire, il faut cocooner la cliente et la conseiller. Pour nous, la CRM (customer relationship management) est très importante. Il consiste en la fidélisation des clientes. Elles ont la possibilité d’acheter des cartes de fidélité, des bons cadeaux leurs sont offerts, des jeux concours sont proposés et nous avons des partenariats avec Groupon très attractifs en ce moment.
Nous développons également le social media : il faut savoir que The Body Shop est la marque la plus citée dans la presse féminine ».

 

Qu’avez-vous pensé de la conférence ?

« La conférence était très intéressante pour des étudiants en troisième année.  Avoir un support Power Point en anglais est un plus car il suscite l’attention des auditeurs. J’ai reçu un très bon accueil comme si j’étais une ancienne de l’école alors que ce n’était pas du tout le cas. »
Le fait que je vienne du terrain me donne tout de suite beaucoup plus de crédibilité et d’attention.  Puisque je ne leur donne pas de grandes leçons mais j’explique avec simplicité la passion dans le travail du commerce, le terrain et l’acharnement ».

 

En tant que manager, que pensez-vous du cursus en alternance ?

« Le fait qu’ils fassent de l’alternance est très bien pour eux parce que ça les habitue au monde professionnel. En effet, ce que recherchent les entreprises, ce sont des personnes qui n’ont pas seulement un diplôme mais aussi et surtout des acquis professionnels et une véritable expérience du terrain. C’est pourquoi The Body Shop recrute des stagiaires afin de pouvoir les former en complément du diplôme qu’ils préparent en école de commerce.

200